Vous êtes ici :   Accueil » Patrimoine
Recherche
 
Fermer
Calendrier
Météo

Le Patrimoine de Saint-Porchaire

SAINT-PORCHAIRE doit son nom à un Saint Poitevin qui fut abbé de Saint-Hilaire Le Grand au VIe siècle, puis devint ermite vers la fin de sa vie. Son corps, objet de vénération des fidèles, demeura de longues années dans le village où fut élevée une église paroissiale, dédiée naturellement à SAINT-PORCHAIRE, appellation qui s’étendit par la suite au pays.

  • L’église Saint-Porchaire (XIIe –XVe siècles)  
Eglise_de_Saint-Porchaire.JPG

Le flanc sud de cet édifice gothique est rythmé d’une belle succession de volumes. Deux périodes de construction se distinguent nettement. Sur la façade occidentale, la tradition romane est encore nettement visible : la composition étirée en hauteur reprend encore les schémas du XIIe siècle. Tout ce qui se trouve à l’est de cette première travée est le fruit d’une reconstruction du XVe siècle, période du gothique flamboyant.

A l’extérieur : profil caractéristique des moulures, remplages (réseaux de pierre) des fenêtres, pignon à fleuron de la chapelle latérale, gargouilles et, à l’intérieur, voûtes à liernes (nervures s’inscrivant dans le creux des voûtains) dont les ogives pénètrent dans les supports sans l’intermédiaire de chapiteaux, bases prismatiques complexes et relative nudité des parois.

A l’intérieur : bel autel et rétable à baldaquin du XIXe siècle; traces d’un décor peint néogothique et caveau des seigneurs de la Roche-Courbon du XVIIe siècle à 1711, dans le chœur.

  • La maison de vacances de Pierre Loti   

La grande maison de caractère construite à une des extrémités du pont appartenait autrefois à Marie Bon, sœur de Pierre Loti. Pendant sa jeunesse, le jeune Julien Viaud, qui deviendra plus tard le célèbre écrivain Pierre Loti, venait y passer ses vacances. Pendant ses séjours, il passait beaucoup de temps à flâner et rêver dans le château et le jardin de la Roche-Courbon, alors abandonnés. C’est grâce à Pierre Loti, avec son vibrant appel lancé dans le Figaro en 1908, que le château de la Roche-Courbon, qu’il surnomma alors « le château de la Belle au Bois Dormant », sera sauvé de la ruine. Il évoquera ces lieux dans plusieurs de ses livres. Pierre Loti demanda qu’à sa mort son convoi funéraire passe à Saint-Porchaire. Une plaque souvenir est apposée sur la maison.
 

  • Le Pont Napoléon
Pont_Napoleeon.JPG  Il fut édifié vers 1800 lors de la construction de la grande route impériale, l’actuelle N137, sur l’ordre de Napoléon Ier, route qui menait de Saint-Malo à Bordeaux. Ce pont devait faciliter tout particulièrement le passage des troupes pendant la guerre d’Espagne (1808-1814). Le pont enjambe la source du petit ruisseau de l’Epine. La tradition rapporte que cette route fut tracée de nuit en plaçant des paysans requis par l’autorité militaire, avec des fanaux dans le prolongement les uns avec les autres, ce qui explique que la route soit si droite. Se composant de deux arches, le pont, bâti en pierre calcaire, est bordé d'escaliers latéraux permettant de rejoindre un théâtre de verdure aménagé en contrebas, à proximité du ruisseau.
 

  • Le Jardin Public et le buste de Pierre Loti

                    mairie_6.JPG                                 buste_p_loti.jpg

Surplombant le vallon de l'Épine, l'ancienne place de l'hôtel de ville a été aménagée en jardin public au début du XXe siècle. On y construisit peu après un kiosque à musique en bois accueillant divers concerts les soirs d'été. Celui-ci resta en place plusieurs décennies, avant d'être finalement démoli dans le courant des années 1960.
Au kiosque à musique a succédé un buste représentant l'écrivain Pierre Loti, hôte régulier de la ville tout au long de sa vie. Cette sculpture marque l'entrée du jardin, ponctué de parterres et planté de plusieurs essences d'arbres, notamment de conifères.
Il offre un point de vue sur le centre-ville, l'église Saint-Porchaire, la rue nationale et le Pont Napoléon.
 

  • La fontaine de l’Epine  

En contrebas du jardin public, se situe un théâtre de verdure établi le long des berges du ruisseau de l'Épine. On y accède par un escalier en pierre ménagé au fond du jardin. Ce théâtre de verdure forme une promenade menant jusqu'aux pieds du Pont-Napoléon, via une série de petits ponts de bois enjambant autant de ruisselets.

Le Pont Napoléon a été construit vers 1800, lors du tracé de la route nationale, pour sauvegarder la fontaine de l'Epine. Un premier lavoir a été construit en 1885 puis il a été agrandi en 1896. Lors de la Révolution, Saint-Porchaire fut rebaptisée l'Epine (ou Porchaire-Epine). L'Epine rejoint le Bruant.

À la base du Pont se trouve une source vive nommée la fontaine de l’Epine.

  • Le lavoir-fontaine du Bois et le Ginkgo Biloba 

Le ginkgo biloba est l'unique rescapé d'un grand groupe qui constituait, au Jurassique, de vastes forêts. Ses embryons, dénués de toute protection, sont gros comme des mirabelles. Une fois à maturité, ils tombent et sont condamnés, sans repos à entamer leur croissance. Si le sol leur convient, ils s'enracinent; sinon ils meurent. Le ginkgo, qui se couvre d'or à l'automne, est devenu un arbre de parc.

  • L'abreuvoir ou "mare publique"

D'une longueur de 17 mètres sur une largeur de 12 mètres et une profondeur de 1,5 mètres, il a été creusé en 1877. Une "usine électrique" produisant un courant alternatif de 110 volts était située, au début du XXe siècle, à la place du saule pleureur. Elle était probablement actionnée par une machine à vapeur qui, grande consommatrice d'eau, justifiait sa situation à proximité de la mare et du ruisseau.

  • La mairie
mairie_7.jpg  En 1837, la famille Elouard fait don d'un terrain. Le conseil municipal a voté en faveur de ce don en novembre 1837. En 1839, Louis-Philippe autorise la commune à accepter la donation du terrain pour permettre la construction d'un bâtiment hébergeant la mairie, l'école et la justice de paix. La construction de ce bâtiment fut émaillée de nombreuses difficultés et l'architecte Fontorbe dut en 1842 refuser ces travaux. En 1843, la municipalité entre en possession de l'immeuble. Ce n'est qu'en 1892 que deux classes pour garçons sont achevées, sur l'arrière du bâtiment ainsi que les logements des enseignants. En 1964, l'école quitte ces locaux et le bâtiment abrite depuis, uniquement les activités de la mairie.

  • Le Château de La Vallade

Logis de maître ou petit château du XVe et du XVIIIe siècles, situé en bordure de la route nationale 137, du côté de Saintes-Antique. C’est une demeure aux toits en ardoise, fortement pentus qui a longtemps appartenu aux Sires de La Vallade. Le domaine de La Vallade est aujourd’hui devenu un parcours de golf.

  • Torfou

Dans ce petit village, on observe, au-dessus de la porte d’une maison de construction récente, un fort bel écusson. Il provient de l’ancien manoir de Torfou, dont il ne reste presque plus rien. Le fief de Tourfou appartenait aux De Beaumont (au temps de Charles IX), puis aux Rabart et enfin aux Courbon.
 

  • Les Jaudons

Situé en direction de Rochefort, près de la rocade, le village des Jaudons, du fait de son architecture est resté typiquement saintongeais. Au détour d’une voie communale verdoyante, se dresse un petit manoir de la fin du XIXe siècle, aux toits en ardoise.

  • Le château de la Roche-Courbon

Joyau unique, serti entre deux falaises, ce site exceptionnel s’étend le long du cours d’eau « Le Bruant » au milieu d’une forêt millénaire.

Cette forteresse du XVe siècle fut transformée au cours du XVIIe siècle en une élégante demeure. De somptueux embellissements y sont apportés : cabinet de peinture sur bois, salle Louis XIII aux poutres peintes, cuisine saintongeaise, chambres avec lits à baldaquin.

L’escalier à double révolution mène dans les jardins à la française : terrasses, parterres géométriques, jardin fruitier, statues, pièce d’eau où flânent gracieusement les cygnes et les canards.

C’est du haut de l’escalier monumental en pierre qui enserre la cascade que l’on découvre le plus beau point de vue du château, avec son image frémissante dans le vaste miroir d’eau qui le met en valeur.

Le musée de la préhistoire est installé dans le donjon qui surplombe les anciennes douves.

A 800 mètres, au sud du château, se trouvent les grottes préhistoriques du Bouil-bleu qui s’ouvent dans un vallon sauvage au pied de hautes falaises calcaires. Situées au cœur de la forêt, elles attestent de la présence de l’homme il y a 100 000 ans.

Le théâtre, pure merveille du XVIIIe siècle, vous immerge dans la beauté du lieu.

La chapelle située initialement dans une aile du château a été détruite dans un incendie. La chapelle actuelle, aménagée sous les toits, étend son ombre bienveillante sur cette merveille de l’architecture et du bon goût. La charpente, telle la coque d’un bateau renversé, vous comble d’admiration.

Le moulin n’a plus de meunier mais la beauté de la pierre appelle à la rêverie.

Isolé au sein des communs, se trouve le traditionnel pigeonnier ou « fuge ».

Le portail renaissance à trois baies en anse de panier, surmontées d’un fronton triangulaire, accueille les hôtes.

Le château de la Roche-Courbon est l’un des plus beaux châteaux de la Saintonge, tant par son architecture et sa décoration intérieure que par ses magnifiques jardins à la française.

Jardins_fleuris-BD.jpg grottes_2.jpg  chateau_1.jpg


Date de création : 11/02/2015 10:24
Catégorie : -
Page lue 1982 fois

Informations

Ce qui change au 1er juillet

Allocations d'assurance chômage, taux d'intérêt légal, liquidation unique des retraites, isolation acoustique en cas de travaux importants, diagnostics électricité et gaz à fournir pour les locations, etc.

En savoir plus

Casque obligatoire
à vélo

À partir du 22 mars 2017, le port du casque à vélo devient obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans (conducteurs ou passagers). Les familles ont un délai de 3 mois pour s'équiper.

En savoir plus

Plaque immatriculation deux-roues

Les véhicules à moteur à 2 ou 3 roues et les quadricycles à moteur non carrossés devront être équipés de plaques d'immatriculation uniformes au plus tard le 1er juillet 2017. Le format est fixé à 210 mm par 130 mm.

En savoir plus

Réserve citoyenne de l'Education Nationale

Bénévoles associatifs : quelles conditions d'engagement dans la réserve citoyenne de l'Éducation nationale ?

De quoi s'agit-il exactement ? Pour en savoir plus, Service-public.fr vient de mettre en ligne une nouvelle fiche qui détaille tout sur ce dispositif.

En savoir plus

Gendarmerie

À partir du 9 janvier 2017, l'accueil de la Brigade de Gendarmerie de Saint-Porchaire sera fermé au public.

L'accueil sera transféré à la Brigade de Gendarmerie de Corme-Royal, 23 rue des écoles.

La commune en 2 mots

Saint-Porchaire (17250)

Nouvelle Aquitaine
Charente-Maritime
Arrondissement de Saintes
Chef-lieu de canton

Population : 1850 hab
Habitants : Saint-Porcherois(e)

Superficie : 1740 ha

Jumelée avec
Soulzmatt-Wintzfelden (68)

Cliquez ici pour afficher le plan de la commune